Joseph Castus – 25 ans – Instituteur primaire

M : Dis-nous en un peu sur toi ?

Alors… Je suis un jeune passionné par son métier, sportif et passionné de concerts.

M : Si tu devais te décrire en 3 mots.

Altruiste, organisé et déterminé.

M : Quel est ton parcours scolaire?

Je suis allé en général jusqu’en quatrième année, puis je me suis dirigé en technique de qualification (option horticulture).
Je suis ensuite arrivé à la HEAJ.

M :  Quelque chose t’a particulièrement marqué à l’école ?

Je dirais les connaissances des professeurs et leur motivation. Je suis impressionné par la passion que certains professeurs vouent à leur métier et les conséquences positives que cela peut avoir sur un étudiant en formation.

Lorsque j’assistais à certains cours, je ressortais à chaque fois plus motivé que jamais ! Que ce soit en pédagogie, en mathématiques, en français, en éducation musicale, …j’ai rencontré des professeurs dont les cours sont organisés, complets, très structurés et de qualité ! On sait où l’on va. Bon nombre sont à la page car notamment en français, après avoir suivi plusieurs formations, je me suis rendu compte que les sujets abordés à la HEAJ étaient vraiment d’actualité.

Certains professeurs ont  également renforcé mon côté perfectionniste. Ne rien lâcher et bien faire les choses. J’ai beaucoup pris confiance en moi ce qui m’a permis d’apprendre à nager et à surpasser mes limites.

Je relève aussi le côté humain, la capacité d’écoute et même la capacité de remise en question de certains professeurs. J’ai envie de leur dire tout simplement merci.

M : Quelles sont les difficultés auxquelles tu as été confronté durant tes études et après?

Le manque de temps pour ma vie personnelle.

M : Dirais-tu que la HEAJ t’a bien préparée au marché du travail?

Franchement, oui.

M : Où travailles-tu actuellement? Que fais-tu au quotidien?

Je suis instituteur à l’école communale de La Plante.

M : Est-ce que ton métier te plait? Quels sont ses atouts selon toi?

Oui, je crois pouvoir dire que je suis un homme heureux. Je pense que j’ai plusieurs atouts pour ce métier, je suis motivé, passionné et déterminé.

M : Où te vois-tu dans 10 ans ?

Je dirais toujours instituteur primaire, dans une chouette école où il fait bon vivre.

M : Est-ce que tu as un conseil pour les étudiants actuels?

Oui. Soyez méthodiques et organisés sinon vous allez perdre un temps fou.

M : Quand tu repenses à la HEAJ, y a-t-il un souvenir plus marquant que les autres ?

Oui. Lorsque j’ai reçu mon prix en fin de 3ème année. Surtout le discours qui a été prononcé. Cela m’a beaucoup touché.

M : Et enfin, as-tu une devise?

L’union fait la force